Comment la Rupture Digitale Impacte et Impactera les Supply Chain du Secteur Automobile?

Le secteur automobile est aujourd’hui aux portes de la quatrième révolution industrielle. Si les DSI veillent, depuis une vingtaine d’années, à assurer le déploiement ponctuel de projets clés tels que les initiatives ERP, ils doivent aujourd’hui prendre en compte une multitude de nouvelles technologies de rupture pour que leur société reste compétitive face aux nouveaux entrants qui les ont adoptées.

L’impression 3D

Des fabricants tels qu’Audi ou Bentley Motors produisent déjà des pièces métalliques en impression 3D, pour l’instant principalement dans le cadre de prototypes de véhicules exposés lors des salons automobiles. L’impression 3D transforme la conception et l’ingénierie des véhicules de demain car de plus en plus de pièces détachées sont conçues pour faciliter leur remplacement. Si l’on constate par exemple, un support cassé sur une voiture en cours de réparation, ce support devra pouvoir être remplacé par une pièce imprimée en 3D par le concessionnaire lui-même, plutôt que commandée chez le fabricant. Le concept de « zero length supply chain », avec des pièces imprimées en 3D à la demande sans nécessiter de prestataires logistiques pour la livraison, fait ainsi son apparition et va révolutionner le secteur de l’après-vente automobile. Local Motors, un fabricant automobile en Amérique du Nord, repousse les limites des technologies de l’impression 3D encore plus loin en fabricant un véhicule entier de la sorte.

Les technologies mobiles et portables

L’adoption des technologies mobiles et portables est en pleine croissance ces dernières années dans le secteur de la production. Si on prend l’exemple de l’Apple Watch, la possibilité de consulter des informations relatives aux transactions B2B, telles que le statut d’un bon de commande ou d’un préavis d’expédition, va transformer la prestation et le suivi de telles transactions sur l’ensemble de la chaine logistique. Être en mesure d’intervenir lorsqu’un préavis d’expédition n’a pas été émis avant que cela n’impacte les processus de production en aval constitue un avantage de taille pour une entreprise. Les applications de cartographie mobiles permettant de suivre les livraisons depuis son téléphone portable permettent également d’améliorer la visibilité d’un bout à l’autre de la chaine logistique.

Dans le domaine marketing, Volvo Cars a récemment annoncé un nouveau partenariat avec Microsoft visant à installer des HoloLens dans l’ensemble de ses réseaux de concessionnaires afin que les acheteurs potentiels puissent visualiser et expérimenter les diverses caractéristiques de sécurité des véhicules.

Enfin, dans le domaine de la logistique, les appareils tels que les casques ou lunettes à réalité augmentée transformeront irrémédiablement le rôle des opérateurs d’entrepôts qui se verront orientés vers des points de collecte de colis à l’aide de cartes et autres informations de géolocalisation spécifiques, libérant ainsi leurs mains à tout moment.

Les technologies robotiques avancées

La recherche en robotique est principalement menée par le désir de parvenir à développer des robots intelligents qui non seulement pensent par eux-mêmes, mais ont aussi une conscience plus précise de leur environnement. Rethink Robotics a développé le « Baxter » en vue de transformer les opérations sur les lignes de production. Les robots traditionnels à bras unique doivent généralement être isolés dans une cellule de sécurité afin que les travailleurs au niveau de l’atelier de fabrication ne risquent pas d’être blessés. Baxter, au contraire, est équipé de capteurs de proximité montés dans ses deux bras, qui lui permettent d’arrêter ses mouvements automatiquement dès que l’on s’approche de lui. Le domaine de l’intelligence artificielle est en voie de contribuer au développement des robots industriels. Alliées à la connexion intrinsèque de l’Internet des objets, les lignes de production seront de plus en plus automatisées, auto-captées et davantage réactives aux modifications des exigences de production.

L’Internet des objets

L’IoT va transformer la vision à 360 degrés de l’information et la visibilité continue des expéditions physiques au sein des chaines logistiques globales : les ressources connectées utilisées par une chaine logistique contribueront à améliorer la visibilité de bout en bout des colis. L’IoT améliorera également la manière dont les données sont collectées auprès des objets connectés et l’analyse de ces données en aval contribuera à améliorer les prises de décision à différents niveaux. Par ailleurs, la supervision en temps réel des niveaux d’inventaires et des tendances de consommation permettra une optimisation du processus de réapprovisionnement. L’automatisation complète du processus de réapprovisionnement sera ainsi possible ; certains des appareils connectés pourront ainsi à l’avenir commander des marchandises directement auprès des fournisseurs. Enfin, l’IoT est amené à transformer le support et l’entretien tout au long de la vie des équipements connectés. La croissance exponentielle du nombre de capteurs fournissant des données provenant d’appareils connectés permettra d’adopter une meilleure approche, plus prédictive, de la gestion de tout type de produit réparable.

Les drones et véhicules autonomes

Amazon a récemment lancé son drone Prime Air en le mettant au service de la livraison de petits colis, un segment crucial pour les fournisseurs tiers de services de logistique. DHL est l’un des premiers prestataires 3PL à tirer profit des drones pour la livraison de médicaments sur des îles reculées d’Extrême Orient, où il n’y a pas la place pour construire des pistes d’atterrissage. D’autres initiatives sont également en cours, telles que celle développée par Starship Technologies, qui a développé un véhicule autonome de petit gabarit permettant de livrer deux sacs d’achats effectués en magasin au domicile du client.

Dans le domaine de la production automobile, les capacités uniques des drones à soutenir la production et l’activité d’après-vente sont indéniables. Ainsi, les équipementiers automobiles pourront eux-aussi livrer automatiquement leurs équipements et pièces détachées aux fabricants automobile voisins, venant alimenter leurs environnements de production en juste-à-temps et ce 24h sur 24.

En conclusion

La production manufacturière et le secteur automobile en particulier occupent à présent une position privilégiée pour tirer le meilleur profit de ces technologies digitales. Les entreprises qui n’hésiteront pas à le faire transformeront non seulement leurs opérations de production, mais amélioreront également les performances de leur supply chain tout en transformant les interactions avec leurs clients.

Ces technologies nécessitent que les informations structurées et non structurées puissent être échangées au sein d’un réseau permettant d’une part, de les traiter dans l’immédiateté et d’autre part, de les archiver pour être analysées dans le futur. Si la chaine logistique permet d’échanger des objets physiques, la digitalisation des processus manufacturier exigera qu’une chaine numérique de type réseau digital permette d’échanger des informations critiques en toute sécurité tout en respectant les contraintes temporelles.

Ainsi, le fait que l’information critique puisse être échangée de façon sécurisée et dans les bons délais permettra aux entreprises d’optimiser grandement leurs processus, de mieux collaborer avec leurs partenaires industriels et ainsi de maintenir leur compétitivité. Les appareils connectés et les communications basées sur le « machine to machine » ne cesseront de gagner en importance dans le futur du monde industriel, d’où la nécessité pour les entreprises de choisir un réseau digital d’échange d’informations capable de connecter et d’intégrer ces nouvelles technologies à leurs opérations globales.

Mark Morley

As Director, Strategic Product Marketing for Business Network, Mark leads the product marketing efforts for B2B Managed Services, drives industry and regional alignment with overall Business Network product strategy and looks at how new disruptive technologies will impact future supply chains. Mark also has over 23 years industry experience across the discrete manufacturing sector.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *